Kemono Michi: Rise Up - Anime (2019)

Kemono Michi: Rise Up - Anime (2019)

641 SEED
224 LEECH

Anime de Natsume Akatsuki Animation, comédie, shōnen 1 saison (terminée) AT-X 25 min 29 septembre 2019

L'histoire nous entraîne dans le quotidien de Shibata Genzo, un catcheur professionnel passionné par les animaux et créatures en général.

Un jour, il se retrouve dans un autre monde où une princesse lui demande de l'aide pour tuer des monstres. Cependant, énervé par cette proposition, il effectue un "German suplex" (une prise de catch) sur la princesse.

Au lieu d'exterminer les monstres de ce monde, Genzo décide d'ouvrir une boutique pour animaux et monstres de compagnie.

Kemono Michi: Rise Up streaming VF

["Article" initialement publié dans un hebdomadaire pas du tout spécialisé anime, limité à une page A5]

La « critique » d’anime 100% sérieuse, totalement professionnelle, pas du tout subjective mais surtout universelle et intemporelle.

Histoire de continuer dans ma lancée, après deux Isekai (= hero invoqué dans un autre monde) d'affilés en voici un troisième : Hataage! Kemono Michi ou "Rise Up! Animal road". Qui, malgré son titre acceptable, est bien. Le synopsis est là pour nous le faire comprendre … ahem … : un catcheur professionnel est invoqué dans un autre monde pour vaincre le mal, mais le catcheur s'en bat complètement les couilles se contente d'ouvrir une animalerie.

Premier gros point fort de l'anime : il y a des cat-girls (attention, confondre cat-girl et furry est sujet à la peine capitale). Après on peut être pointilleux et dire que c'est en partie des wolf-girls. Mais n'emmerdez mes fétiches : oreille dressée queue = cat-girl. Il ne faut pas discriminer les espèces. Les cat-girls sont bien plus que leurs origines, c'est tout un état d'esprit, tout une culture.

Outre les Nekomimi, si l'anime réussit dans le genre Isekai c'est grâce à sa diversité. L'anime superpose énormément de concepts absurdes, et quand l'un commence à fatiguer, on en ajoute un nouveau par-dessus. On part de la simple blague du catcheur qui rétame la princesse qui vient de l'invoqué, par réflexe. Jusqu’à une rencontre de catch inter-espèce et internationale opposant le bien et le mal dans un monde d'heroic-fantasy, le tout ayant pour but de faire de l'argent pour construire une animalerie. L'absurdité s'empile et s'assemble très bien, sans jamais nous perdre. Ça parait logique, et ça c'est beau.

Une chose assez méta, c'est que Catcheur-kun ne veux pas explorer le monde, il veut juste s'occuper des animaux. Mais, le monde lui tombe toujours dessus et il est forcé d'interagir avec lui. Ce qui est très ironique, puisque dans la plupart des (mauvais) Isekai, le monde n'est jamais exploré alors que le héros se bat pour le sauver. Sans rien demander, le pauvre mec se retrouve impliqué dans des intrigues politiques qui, en plus d'ajouter de l'humour, ajoute beaucoup de substance au monde.

Au milieu de l'inondation d'Isekai, on a enfin un Isekai - comédie introduisant un truc débile à la formule, qui ne s'épuise pas en 3 épisodes. En parlant de ça je ne peux conseiller la tête de peloton du genre qui est Konosuba.

Retrouvez l'intégrale de la PHC ici